Telle est la question au centre de nombreuses préoccupations depuis quelques décennies…

Les émotions s’imposent-elles à nous sans que nous puissions agir dessus ou dépendent-elles uniquement de nous et de notre manière de réagir aux événements extérieurs ?

Nos émotions sont toujours le fruit d’une réaction spontanée à un déclencheur

Mais si le déclencheur portait à lui seul la responsabilité de nous faire ressentir une émotion, alors dans ce cas, pourquoi ne réagissons-nous tous pas de la même manière lorsque nous sommes confrontées à un même stimulus ?

Pour un même événement, nous ne ressentons pas tous la même émotion ! Prenons pour illustration, la situation actuelle : certains ressentent de l’anxiété, de la peur vis-à-vis de l’avenir dans la conjoncture présente tandis que d’autres expriment de la colère, de l’agacement par rapport au déroulement des événements. D’autres encore témoignent davantage de tristesse et développent une profonde mélancolie. Enfin, certains gardent leur enthousiasme et perçoivent au travers de cette crise une opportunité d’évolution et de changements ! Cette illustration n’est qu’un moindre panel de toutes les nuances que chacun d’entre nous peut ressentir en cette période troublée. Sans rappeler que nous pouvons ressentir parfois des mélanges de toutes ces émotions.

Nous pouvons donc retenir que l’événement extérieur ne peut être tenu à lui seul pour responsableLa manière de vivre une émotion est individuelle, « chacun a sa façon de ressentir l’émotion, de lui donner un sens, d’en prendre conscience ou, au contraire, de la subir passivement » (Pierre Potvin).

Une émotion selon la définition de Sander (2016) «est un processus rapide, focalisé sur un événement et constitué de deux étapes : un mécanisme de déclenchement fondé sur la pertinence de l’événement (est-il pertinent pour mes buts ?), et une réponse émotionnelle à plusieurs composantes (tendance à l’action, réaction du système nerveux autonome, rythme cardiaque, expressions et sentiments) ».

Processus rapide…Il suffit de quelques millièmes de secondes pour ressentir les manifestations d’une émotion, ce qui nous donne l’illusion d’une réaction instantanée et involontaire. Or, en pratique, l’émotion est bien le résultat d’un traitement cérébral extrêmement rapide. Notre cerveau va en effet recevoir une information (stimulus), l’analyser et déclencher une émotion en conséquence et cela en un temps très court.

Ainsi, le stimulus (la situation) n’est pas directement en cause dans notre réponse émotionnelle. Cela dépend plutôt de notre manière de l’analyser et de traiter cette information qui explique les différentes réactions émotionnelles possibles à un même événement. Ainsi, nous sommes donc responsables de ce que nous ressentons.

 

Bonne nouvelle ! Si nous sommes responsables de notre état émotionnel, nous pouvons donc agir sur nos propres ressentis et ainsi faire évoluer notre humeur dans le sens qui nous convient le mieux !

C’est de là que tire tout son intérêt à développer notre intelligence émotionnelle ! Car oui ! nous pouvons tous entraîner notre cerveau à faire de nos émotions une véritable force. De la même façon que nous développons nos capacités physiques à force d’entraînement, nous pouvons exercer notre cerveau à devenir plus précis dans la gestion des émotions !

Menu